© David Richard

Je m’étais programmée pour devenir Cousteau. Après une licence, une maitrise, un DEA de bio, j’ai bifurqué après une seule journée passée dans la rédaction d’un journal local. Il y avait là un sociologue et un ancien veilleur de nuit férus de faits divers, un fan de sports, un philosophe très perché, un dingue de culture et une défenseuse de causes sociales. Ça braillait, ça rigolait, ça échangeait… et ça m’a poussée à revenir le jour suivant. C’est comme ça que je suis devenue journaliste.

Une école de journalisme plus tard, j’ai commencé à travailler au sein du magazine scientifique La Recherche, puis comme journaliste scientifique multimédia à la Cité des sciences et de l’industrie. Pigiste depuis 2012, je vis désormais à Narbonne où j’écris pour Le Monde, XXI, National Geographic, The good life ou La Recherche. Accro aux enquêtes, au terrain et au grand reportage, je mets tout en œuvre pour défendre au quotidien les valeurs d’indépendance et de libre pensée journalistique. Depuis 2016, je suis en outre porteuse du projet «Les Transméduses», une future scop qui produit des contenus informatifs aux formats innovants.